William Turner, vous connaissez ?

William Turner est un peintre, aquarelliste et graveur anglais de la fin du XVIIIe  et de la première moitié du XIXe siècle considéré comme un des précurseurs des impressionnistes.

Hahnemühle a fait le choix de donner le nom d’artistes à certains de ses plus beaux « papiers » fine art et a attribué celui de William Turner à un un papier 100 % coton, blanc, sans azurant optique, à la texture fine fortement marquée d’un aspect et d’un toucher proche de certains papiers aquarelle… le papier qui manquait dans notre gamme de supports pour l’impression pigmentaire grand format.

Bien sûr, ce papier d’exception est cher…

Nous devrions recevoir ce papier demain mardi – il est déjà possible d’en commander des échantillons – et, si tout se passe comme prévu, il devrait être en production dès mercredi. La mise à jour complète de nos sites – site principal et boutique – prendra quelques temps…

Nous avons profité d’une opportunité qui nous permet de proposer les tirages sur ce papier au même prix que le prix actuel des tirages sur l’Hahnemühle UltraSmooth – et vu l’évolution des prix des supports d’impression, c’est une très bonne nouvelle.

 

Edit du 6 septembre 12 h 40

Le papier est arrivé un peu plus tôt que prévu, les premiers tests ont donnés de très bons résultats, le résultat est superbe… la production peu démarrer dès cet après-midi.

 

Edit du 7 septembre

Nous avons mesuré la densité maximale que l’on pouvait obtenir avec l’Hahnemülhe William Turner : elle est de 1,71… soit à peine plus que ce que permet l’Hahnemülhe Ultrasmooth. La différence est tout juste perceptible à l’œil mais associée à la texture du papier…

Le papier est également disponible pour les reproduction d’œuvres du domaine public proposées dans la boutique.

Mises à jour du site

Chaque jour apporte son lot de mises à jour…

Sont à venir 2 mises à jours importantes sur nos sites internet :

    • Jirafeau sera arrêté dans la nuit de vendredi à samedi entre 23 h et 1 h pour passer à la version 4.5.0. Cette mise à jour devrait apporter un gain pour les envois de fichiers difficiles…
    • La mise à jour du moteur de nos sites – site principal et boutique – n’a pas encore été effectuée – elle aurait dû l’être début juillet – suite à des problèmes de modules qui affectent uniquement la boutique. Elle sera faite probablement début septembre.

 

Edit du 26 août

Changements de programme : la mise à jour de Jirafeau est repoussée de 24 h et aura lieu dans la nuit de samedi à dimanche entre 23 h et 1 h.

Le module qui coince dans la boutique a été enfin mis à jour mais la mise à jour ne règle pas le problème… En conséquence, la mise à jour du moteur de nos sites est reportée, au plus tôt, à mi-septembre.

 

Edit du 27 août – 0 h 50

C’était prévisible, la mise à jour programmée pour la nuit de samedi à dimanche ne s’est pas passée comme prévu… et Jirafeau a été rétabli dans la version antérieure…

Nouvelle tentative dans la nuit de dimanche à lundi, arrêt de Jirafeau à 0 h 30 et mise en service de la nouvelle version à 0 h 45 avec un meilleur cryptage des données et, sur le papier, une amélioration des transferts en cas de réseau de mauvaise qualité.

A propos de nos tarifs

Notre spécialité est l’impression photo… nos tarifs sont donc construits avec les contraintes propres à l’impression photo.

Qu’est-ce que ça change ?  En impression photo, le taux de couverture moyen – le taux d’encrage – est de l’ordre de 30 à 35 %…  en impression bureautique, les normes ISO/IEC 19752 et ISO/IEC 19798 fixent le taux de couverture à 5 % pour le calcul du rendement des cartouches de toner – c’est le même taux qu’utilisent les fabricants d’imprimantes jet d’encre quand ils communiquent le rendement des cartouches qu’ils commercialisent. Continuer la lecture de « A propos de nos tarifs »

Bug d’affichage

Ce n’est pas la première fois que ça arrive mais c’était jusque là moins grave…

L’affichage des tableaux sur notre site est actuellement buggé : mise en page défaillante, tableaux chargés dans des versions obsolètes…

Bien évidemment, nous surveillons les pages les plus sensibles, nous réparons dès que nous découvrons le problème – la réparation peut prendre du temps et il faut parfois utiliser des méthodes de brute… Continuer la lecture de « Bug d’affichage »

Vers une stabilisation des prix ?

Depuis maintenant plus d’un an, les prix des consommables d’impression, encres, toner et papier et les prix des produits de finition s’envolent et nous sommes contraint de faire une veille sur les produits que nous utilisons, ceux que nous souhaiterions proposer et ceux qui pourraient nous dépanner en cas de rupture de stock chez le fabricant…

Pour les produits de finition et, en particulier pour les supports de contrecollage, l’évolution des prix était jusqu’à maintenant tellement chaotique qu’il nous était impossible de tenter la mise en place d’un tarif. Depuis 2 mois, les prix semblent, enfin, stables même s’ils se sont stabilisés à un niveau élevé. Nous allons donc pouvoir construire un vrai tarif sachant que, comme nous l’avons déjà expliqué, nous ne pouvons avoir en stock que quelques références. Si tout va bien, ce tarif pourrait être en ligne d’ici la fin de la semaine, avec, surprise, l’arrivée de nouveaux supports de contrecollage.

Si la situation s’améliore pour les produits de finition, ce n’est pas le cas pour les consommables d’impression. Difficile de dire aujourd’hui qu’elle sera l’évolution à 2 mois…

 

A propos de nos papiers Fuji pour tirages petit format…

21 cm

Nous l’avions annoncé, nous avons passé la largeur maximale des papiers pour tirages petits formats et épreuves de 20,3 cm à 21 cm pour les papiers Fuji Brillant et Lustré – pas de changement pour le papier Metallic dont la largeur est de 15,2 cm.

Qu’est-ce que ça change ? Pas grand chose mais il est maintenant possible de faire des tirages sur papier photo au format 21 × 29,7 pour illustrer des documents au format A4, mettre en valeur ce que fait votre entreprise ou votre association… ou obtenir des tirages un poil plus grand que le 20 × 30 cm – ou plutôt 20,3 × 30,5 cm.

Marquage au dos et grammage

Petite surprise sur les dernières livraisons de nos fournisseurs : le papier Fuji reçu n’est pas marqué au dos…

Un papier non marqué peut être intéressant pour faire des cartes de visite sur papier photo ou pour des pages de calendrier… mais ce papier a un grammage de 250 g/m² et ça change les frais de port…

Ce changement lié à des modifications de production chez Fuji est provisoire et il est probable que nous retrouvions le papier en 220 g/m² marqué au dos lors de nos prochaines livraisons – mais il n’est pas exclu que nous recevions du papier marqué en 250 g/m² ou du papier non marqué en 220 g/m².

Aujourd’hui, les papiers brillant et lustré en 15,2 cm de large et le papier lustré en 20,3 cm que nous avons en stock sont marqués au dos et font 220 g/m² ; les papiers en 21 cm de large et le papier brillant en 20,3 cm ne le sont pas et font 250 g/m².

Si vous avez une préférence, merci de nous l’indiquer à la commande…

Bien évidemment, le poids calculé des tirages sur papier Fuji tient compte du passage du grammage à 250 g/m²… le devis final précisera grammage du papier utilisé et poids de la commande réel.

Calculateur de prix

Le calculateur de prix pour les tirages petits format et épreuves n’aimait pas le papier en 21 cm de large… C’est invisible pour l’utilisateur mais le calculateur a été totalement revu. Ce n’est pas encore parfait – les arrondis calculés par le logiciel font que les tirages 20 × 30 et 21 × 30 apparaissent au même prix – mais les écarts entre les grilles tarifaires et les prix générés par le calculateur sont maintenant plus faibles.

Pour des raisons de cohérence, les calculateurs de prix pour les calendriers sur papier photo seront eux aussi revus prochainement – mais il y a moins urgence que pour les tirages petit format.

 

Edit du 4 juillet

Le calculateur de prix différencie maintenant le prix des tirages 20 × 30 et 21 × 30 mais ne sais toujours pas, et ne saura probablement jamais, intégrer le coté subjectif des grilles tarifaires…

Il n’y pas que les cookies…

Les cookies n’ont pas la cote, notre site n’y a pas recours lors d’une simple visite et, pour notre boutique, leur usage est strictement limité à la gestion des commandes.

Mais, il n’y a pas que les cookies et Google a aujourd’hui recours à d’autres techniques pour suivre ce que font les internautes… Les Google Fonts seraient un de ces outils de traçage : Continuer la lecture de « Il n’y pas que les cookies… »

A force de l’annoncer…

Nous voyons passer les annonces de hausses tarifaires de nos fournisseurs depuis plus d’un an et il y a les fournisseurs qui, presque en cachette, augmentent un peu leur prix mais souvent…

Nous n’avons pas répercuté toutes les hausses, en avons étalé certaines, avons stocké des consommables, sécurisé nos approvisionnements mais, là, ça y est, la première hausse significative de nos tarifs arrive : d’ici une quinzaine de jours – difficile de donner une date précise ni de dire si elle se fera en une ou deux fois – nous allons devoir répercuter la hausse du prix des consommables Fuji pour les tirages petit format et épreuves… et la hausse sera d’environ 10 %. Continuer la lecture de « A force de l’annoncer… »

C’est le progrès…

L'image de départL'image traitée

Comme toutes les entreprises travaillant des images, nous utilisons Photoshop… mais pas que… et nous tenons à jour les logiciels que nous utilisons. Chaque mise à jour apporte son lot d’améliorations – petites ou grandes – et de correctifs – avec parfois des effets secondaires…

Quand on regarde les progrès accomplis en quelques années, c’est impressionnant… et si les appareils numériques – appareils photo « traditionnels » mais aussi smartphones – ont fait de gros progrès, les logiciels, qu’ils soient embarqués dans les appareils – les smartphones ont ici un gros avantage lié à leur puissance de calcul – ou utilisés sur des postes informatiques, ont fait des progrès encore plus importants.

Un exemple récent : il y a des techniques classiques pour « gonfler » – augmenter artificiellement leur taille pour pouvoir imprimer plus grand que ce permet, en théorie, le fichier d’origine – les images et il y a des logiciels spécialisés qui  recalculent les images et donnent des résultats intéressants – Photoshop a été doté il y a quelques mois d’une telle fonction…

L’image qui illustre cet article en dit long sur ces évolutions : nous avons volontairement maltraité massacré une image avant de la confier à la dernière mouture du logiciel spécialisé que nous utilisons le plus pour ce type d’opération : de l’image basse définition, bruitée et fortement compressée, ce logiciel a produit un portrait… assez proche de l’image d’origine, correction des défauts de la peau façon Instagram en plus. L’image d’origine faisait un million de pixels (Mpixels) et pesait un peu plus de 500 ko, l’image dégradée ne fait plus que 65 536 pixels et 15 ko…

L'image de départ

Ne cherchez pas à qui sont ce charmant sourire et ces yeux pétillants… Droit à l’image oblige, cette personne n’existe pas et est le fruit d’une « intelligence artificielle »

Les logiciels ont fait également des progrès énormes en matière de réduction du bruit, récupération des hautes lumières, correction d’exposition et de balance couleur, corrections optiques…

En pratique, qu’est-ce que ça veut dire ? Il est possible aujourd’hui d’obtenir des tirages de qualité à partir d’images bruitées, trop compressée… et ça marche aussi pour des photos anciennes : nous avons testé avec des images faites il y a une quinzaine d’année avec un appareil photo numérique de l’époque, images qui ne pouvaient donner, il y a seulement 2 ans, au mieux qu’un tirage 13 × 18 de qualité médiocre… le fichier retravaillé permet de faire un tirage 30 × 40 cm assez propre (et, surtout, de bien meilleure qualité que le 13 × 18).

Bien sûr, l’opération a un coût : c’est un traitement d’image qui est facturé « à l’heure » – et même si c’est le logiciel qui bosse, l’opération prend du temps sur un poste informatique puissant conçu pour faire du traitement d’image – et il faut corriger les  quelques imperfections qui restent « à la main »…

Quand on aime le papier…

Dans notre gamme de papier pour l’impression numérique laser, nous n’avions qu’un papier mat au toucher « naturel », le Curious Skin, très lisse et d’un blanc à peine chaud.

Nous avons profité de notre dernière commande pour rentrer des papiers de création Pergraphica destinés à l’impression laser :  le Smooth en 240 g/m²  et le Rough en 240 g/m² et 300 g/m². Continuer la lecture de « Quand on aime le papier… »