FAQ

Vous ne recevez que sur rendez-vous…

L’accueil de nos clients dans les meilleurs conditions est notre priorité, que nos clients ne nous voient que via notre site internet ou qu’ils préfèrent le contact humain dans notre atelier.

La retouche d’images, les travaux de coupe et de finition et la confidentialité des travaux qui nous sont confiés – et, même si elles se sont fortement assouplies, le respect d’un minimum de règles sanitaires – nous imposent de travailler dans des conditions incompatibles avec le libre accueil de clients dans nos locaux.

L’accueil sur rendez-vous est la moins mauvaise des solutions que nous ayons trouvé.

Comment prendre rendez-vous ?

Prendre rendez-vous, il n’y a rien de plus simple : il y a les méthodes classiques par téléphone – en notre absence ou si nous ne pouvons répondre, un répondeur prend le relais –, courriel et formulaire de contact… et il est également possible de prendre-vous en ligne – le système a ses limites : il n’est possible ni de prendre rendez-vous pour tôt le matin pour la fin de journée ni de prendre rendez-vous en dehors de nos horaires d’ouverture habituels.

Et sans rendez-vous ?

Passer à notre atelier n’est pas forcément la meilleure méthode : nous pouvons ne pas être en mesure de vous répondre, parce que nous sommes déjà en rendez-vous ou pour d’autres raisons, même pour une simple prise de rendez-vous…

C’était exceptionnel mais il nous est déjà arrivé de devoir demander à un client sans rendez-vous de revenir plus tard parce que nous ne pouvions pas faire autrement… et nous ne souhaitons pas que ça nous arrive à nouveau.

Enfin, notre présence dans notre atelier est fonction de notre production et de nos rendez-vous et nous pouvons avoir des rendez-vous à l’extérieur. Le risque de trouver porte close n’est pas nul…

Et le samedi ?

S’il est possible que nous passions à notre atelier le samedi, nous n’y assurons pas de production ce jour là, hors contrainte particulière…

Vous n’êtes disponible que le samedi ? Vous devez ce cas prendre rendez-vous par téléphone, par courriel ou par formulaire de contact – il est impossible de prendre rendez-vous en ligne pour le samedi – et nous essayerons de trouver un créneau pour vous recevoir.

Attention, les messages laissés sur notre répondeur téléphonique le vendredi après 18 h peuvent n’être relevé que le lundi vers en fin de matinée…

Et pour les photos d'identité ?

Les photos d’identité comme les mini-portraits nécessitent un petit aménagement de nos locaux et, surtout, que nos équipements de production soient disponibles : la prise de rendez-vous est indispensable…

Cette prise de rendez-vous nous permet également de donner les indispensables consignes préalables

Je ne comprends pas ce que vous faites…

Notre métier, c’est d’imprimer des photos… et, accessoirement, d’autres documents. Ce qui est l’équivalent, avec les moyens techniques actuels, du laboratoire photographique.

En pratique, cela veut dire que

    • nous imprimons – tirons – les images faites avec des appareils photo numériques de tous type y compris les smartphones ;
    • nous procédons aux ajustements / traitements / retouches préalables à l’impression ;
    • nous réalisons des livres photo, des calendriers, des cartes postales…
    • nous numérisons les photos, que ce soit d’anciens tirages papier, des diapositives de toutes tailles, des négatifs… mais aussi des tableaux, des affiches, des plans…
    • nous imprimons des faire-part, cartes de visite, cartons d’invitation sur papier photo ou en impression numérique laser ;
    • nous créons des affiches, des posters et autres documents pour impression sur nos équipements ou à l’extérieur ;
    • nous pouvons vous aider à utiliser des logiciels graphique, utiliser au mieux votre appareil photo, calibrer votre chaine graphique…
    • et, accessoirement, nous réalisons des photos d’identité et des mini-portraits.

Mais nous ne vendons pas de film photo, d’appareil jetable, de papier, nous ne développons pas de film argentique,  nous ne faisons pas ni photos de mariage ni photos scolaires…

Est-ce que ce que vous faites est fait pour moi ?

Nous travaillons pour 3 types de clients :

    • les professionnels, photographes ou non, ils ont de fortes contraintes de prix, qualité, délai et, souvent, confidentialité ;
    • les photographes amateurs et les artistes pour qui le soin apporté à leurs créations est aussi primordial que les conseils que nous pouvons leur fournir pour que leurs œuvres soient mises en valeur, que le choix de technologies et de supports d’impression que nous proposons et que la conservation de leurs tirages. Certains finalisent leurs images, d’autres nous confient tout ou partie des traitements, des retouches, de la mise en page ;
    • les particuliers enfin, qu’ils fassent des photos avec un compact numérique, un reflex, un hybride ou un smartphone ou qu’ils aient, dans leurs tiroirs, des photos papier ou des diapositives dont ils souhaitent obtenir des agrandissements, des images numériques, des calendriers, des livres ou d’autres documents.

Il est probable que vous rentriez dans l’une ou l’autre de ces catégories, alors oui, nous pouvons travailler pour vous.

Votre site ne présente pas tout ce que vous faites…

Notre cœur de métier, c’est le tirage photographique… et, aujourd’hui, quand on parle de tirage photographique, on devrait plutôt dire, et c’est l’expression que nous utilisons, d’impression photographique.

Notre site présente les services « standards » que nous proposons mais il est difficile de présenter le « sur mesure » : la réalisation de livre photo, les impressions métallisées, les travaux combinant plusieurs techniques d’impression, les travaux de finition comme le pelliculage et le contrecollage, tout ce qui concerne la numérisation, la retouche d’images, la création de documents combinant plusieurs images implique d’avoir des échanges avec le client, et parfois des essais poussés, avant qu’il soit possible de chiffrer même approximativement le travail souhaitéil sera impossible que notre site soit totalement exhaustif mais nous y travaillons. C’est le prix à payer pour le travail sur mesure…

Quelles technologies d'impression utilisez-vous ? Quelles sont leur spécificités ?

Pour l’impression photographique, nous utilisons 3 technologies complémentaires : le jet d’encre pigmentaire pour les grands formats, le jet d’encre à base de colorants pour les épreuves petit formats et l’impression numérique laser pour tout ce qui est cartes, livres photo, calendriers, etc.

Ces 3 technologies ont leur avantages et leurs inconvénients :

    • le jet d’encre pigmentaire permet de faire des impressions jusqu’à 60 cm de large sur une grande variété de supports. Avec les papiers barytés ou fine art que nous avons sélectionnés, la conservation des images sous verre dépasse largement les 100 ans et la gamme de couleurs produite est la plus étendue mais ces papiers, comme l’encre, coûtent cher ;
    • le jet d’encre colorant permet de produire des épreuves économiques sur papier photo plastifié. L’aspect, la gamme de couleur et la conservation des images est similaire à ce que l’on obtient en technologie argentique. Le choix de papier est limité : brillant, lustré ou métallic – un papier brillant aux reflets nacrés – mais les tirages plus économiques. Les tirages brillant faits avec des encres à base de colorant ne sont pas sujet au bronzing ;
    • l’impression numérique laser permet d’imprimer sur un vaste choix de papiers mais l’image a une trame, discrète, la gamme de couleur est plus réduite, la tenue à la lumière des images n’est que d’une vingtaine d’année… mais c’est le procédé le plus économique, il est possible d’imprimer en recto-verso, de rainer ou prédécouper les impressions. Associée avec un pelliculage à chaud, on obtient  des impressions très qualitatives et résistantes.

Nous faisons également de l’impression métallisée : elle n’est pas destinée à de l’impression photographique mais réaliser des marquages, textes ou dessin au trait, qui brillent sur des tirages photographiques ou des cartes personnalisées. Le procédé que nous utilisons permet de faire, à un prix qui reste raisonnable, des tirages à l’unité mais est limité en taille d’impression, en couleur et en choix de support.

A quoi correspondent les termes couché, RC, plastifié, fine art, baryté, ISO 9706, WIR Archive ?

Le papier, tel qu’il sort de la machine, est très (trop) absorbant. Le couchage consiste à enduire la surface du papier afin qu’il soit plus apte à recevoir l’encre, à le rendre plus lisse, à mieux résister à l’humidité, à le rendre plus blanc… La nature du couchage dépend du procédé d’impression auquel le papier est destiné.

Les papiers RC – on dit aussi plastifiés, parfois PE – sont les papier habituels de la photographie couleur chromogénique : une couche de résine plastique est appliquée sur les deux faces du papier ce qui le rend plus lisse et, c’est l’intérêt en photographie argentique, étanche. La face imprimable de ces papiers reçoit une enduction afin d’accepter l’encre, enduction qui peut être brillante, satinée, structurée… La surface brillante de ces papiers est ce qu’il y a de mieux pour qui veut du brillant, les prix sont raisonnables… mais ces papiers ont mauvaise réputation chez les amateurs de tirages d’art.

A l’opposé, les papiers fine art sont des papiers proche des papiers destinés à l’aquarelle, la lithographie ou la gravure. La base de ces papiers est 100 % coton, 100 % α-cellulose – elle peut aussi contenir des fibres de bambou, d’agave, de chanvre, de riz, etc – et, pour garantir une conservation optimale, ces papiers sont sans acide – et ont souvent une réserve alcaline. Avec une enduction minimale, ces papiers, sans azurant optique néfaste à la conservation du papier, sont d’un blanc « naturel ».

Les papiers barytés sont des papiers enduits, l’enduction contenant, comme les plus beau papiers photographiques noir et blanc, du sulfate de baryum. L’aspect de surface est satiné à brillant – sans être aussi brillant qu’un papier RC. Ils sont adaptés autant à l’impression photographique couleur qu’à l’impression noir et blanc.

La norme ISO 9706 défini le cahier des charges des papiers d’archivage – tous les papiers, pas uniquement les papiers destinés aux tirages d’art –, ces papiers doivent être fabriqués avec une pate de qualité, sans azurant optique, avec une réserve alcaline… Les papiers fine art et barytés que nous proposons répondent tous à cette norme tout comme la plupart de nos papiers destinés à l’impression numérique laser.

La norme ISO 9706 ne s’applique ni aux supports plastifiés, ni aux plastiques, ni aux toiles… Les papiers recyclés comme les papiers spéciaux type calque ne peuvent y répondre.

Le Wilhem Imaging Research, un laboratoire indépendant expert dans la conservation des images, a labellisé certains papiers pour l’archivage. Les papiers Canson Infinity PhotoSatin 270 RC, PhotoGloss 270RC et Platine Fibre 310 g portent ainsi le label WIR Archive.

J'aimerais faire des impressions / des tirages sur un papier que vous ne proposez pas…

Parce qu’il n’est pas possible de tout faire et de tout avoir, nous avons dû faire choisis… et renoncer à de beaux, très beaux papiers…

Et il y a les papiers qui manquent dans notre catalogue…

Vous avez un projet que vous aimeriez nous confier mais nous n’avons pas le papier de  vos rêves… n’hésitez pas à nous demander, nous étudierons avec vous ce qui est possible.

Avez-vous prévu de référencer de nouveaux papiers prochainement ?

Il y a deux papiers que nous allons prochainement ajouter à notre offre :

    • l’Hahnemülhe Photo Rag Metallic 340 g : c’est un papier fine art 100 % coton, légèrement structuré, baryté, avec des reflets métalliques ;
    • et, dès que notre fournisseur l’aura à nouveau en stock, le Rausch Mediajet Litho White Mat qui est la version blanche du Litho Archive Mat que nous proposons déjà.

Nous aimerions avoir un 4e papier pour la réalisation des tirages et épreuves petits formats en encre à base de colorants… Nous souhaitons ce nouveau papier en, au moins, deux formats mais c’est plus compliqué…

Vous êtes plus cher que…

Il est important, quand on compare les prix, de comparer également la prestation…

Nous privilégions la qualité : les technologies d’impression que nous utilisons comme les supports que nous avons sélectionnés ne sont pas les moins chers… nous regardons les tarifs pratiqués par nos confrères et nous savons, qu’à prestations équivalentes, nos prix sont très concurrentiels.

Les prix affichés « en gros » sur les bornes automatiques correspondent aux tarifs les plus bas pratiqués pour des tirages en quantité au format le plus optimisé que peut produire la machine… ces bornes utilisent le plus souvent du papier thermique brillant d’un grammage bien plus faible que celui que nous utilisons et sont plus que très limitées en format… Ces tirages sont fragiles, leur durée de conservation n’est, au mieux, que d’une quinzaine d’années. Et c’est vous qui faites le travail : vous payez tous les tirages, y compris ceux qui paraissaient bien à l’écran et qui auraient mérité d’être corrigés en couleur ou densité.

Les laboratoires en ligne peuvent savent des prix « promotion » inférieurs au prix auquel nous achetons nos consommables – les papiers chromogéniques économique qui sont nettement cher moins cher que le papier jet d’encre, il en est de même pour la chimie photographique par rapport à l’encre. Si vous désirez un travail « sur mesure », il vous sera facturé fort cher si ce n’est pas vous qui faites.

Les prestataires, laboratoire photo ou autre, ont fait des choix techniques qui ne sont pas forcément les mêmes que les nôtres. Un tirage sur traceur Epson de dernière génération peut être fait avec 10 ou 12 encres… En noir et blanc, sur le même papier qu’un de ceux que nous utilisons, il n’y aura pas de différence… mais elle sera visible sur les plages très saturées des tirages couleur… et  une impression avec 12 encres est plus chère qu’avec 10…

Est-il obligatoire de passer par un photographe pour des photos d'identité ? Puis-je les faire moi-même ?

La réponse est simple : non, il n’est pas obligatoire de passer par un photographe…

Les cabines automatisées – Photomaton ou autres – le font avec plus ou moins de bonheur et il est parfaitement possible de faire soi-même des photos d’identité biométriques conformes à la norme actuelle : on trouve sur le web, sans trop chercher, la norme et des tutos de qualité… mais il y a un (et même plusieurs) mais.

Un certain nombre de règles impératives ne sont ni dans la norme ISO/IEC 19794-5 : 2005 ni dans l’arrêté du 5 février 2009 mais résultent de dispositions administratives non écrites. Parmi celles-ci, on peut citer les lunettes, les boucles d’oreilles, les cols protégeant cachant le cou… Difficile, devant son smartphone ou dans une cabine automatique, de tout respecter en prenant la pose, tête droite, regard fixe, bouche fermée, absence de sourire…

Et il y a le « détail » de la norme : le tirage doit être réalisé sur un support et avec un matériel agréés… Ce qui veut dire, en clair, que le tirage ne peut être fait qu’avec du matériel et des supports professionnels qui coûtent un bras, il est impossible de le faire avec une imprimante photo « amateur », même avec un papier photo brillant que qualité.

Nous pouvons réaliser sur nos équipements vos planches de photos d’identité à partir de vos photos ou de photos qui ont été faites chez nous ou chez un de nos confrères. C’est un peu plus cher qu’un tirage normal, mais le travail n’est pas le même.

Pouvez-vous me fournir une version numérique de la photo d'identité que vous venez de faire…

Depuis que nous faisons des photos d’identité et des mini-portraits et parce que nous ne conservons pas ces photos, RGPD oblige – les photos d’identité sont des données personnelles sensibles –, sur la planche de photos que nous vous remettons figure un lien de téléchargement – accompagné depuis début septembre par un QR code parce qu’il plus facile de flasher que de taper une série de caractères sans signification apparente.

Ce lien de téléchargement valable est valable 30 jours – plutôt 43200 minutes – et le ménage est fait très régulièrement sur le serveur sur lequel sont stockées, de manière sécurisée, ces images.

L’image téléchargée peut servir pour des demandes de documents pour lesquels il est possible de télétransmettre une photo d’identité numérique et pour faire, au besoin, des retirages. Nous incitons vivement nos clients à télécharger leur photo d’identité et à la conserver précieusement.

Est-ce que vous faites des photos d'identité de jeunes enfants ? Est-ce que vous faites des photos de personnes en fauteuil roulant ?

La norme française n’assoupli pas les règles pour les photos de jeunes enfants ou de personnes handicapées.

Tel qu’est aménagé notre atelier, il est nécessaire que l’enfant puisse se tenir assis, tête droite, quelques minutes, ce que peut faire un enfant d’environ 2 ans…

Nos locaux sont accessibles sans soucis aux personnes en fauteuil roulant.

La prise de vue pouvant nécessiter plus de temps, nous vous remercions de l’indiquer lors de la prise de rendez-vous.

Est-ce que vous faites des photos avec prise de signature pour les permis de conduire ?

Nous ne sommes pas équipé de matériel pour recueillir la signature et des logiciels indispensables pour transmettre les images.

Nous avons étudié la faisabilité de la chose… Pour le moment, ce n’est pas notre priorité.

Mes photos d'identité ont été rejetées…

Les causes de rejet de photos d’identité sont nombreuses :

    • la photo doit être récente – moins de 6 mois –, ressemblante au jour de la demande et ne pas avoir été retouchée ;
    • la photo doit être en couleur sur papier brillant sans trace, plis ou rayure : le mieux est de conserver les photos dans leur pochette de livraison et de ne les découper qu’au besoin ;
    • la photo ne respecte pas la norme – visage trop gros ou trop petit tête inclinée, cheveux qui cachent le visage, boucles d’oreilles trop voyantes, etc – il peut être intéressant que vous montriez la photo rejetée au photographe qui vous fera les nouvelles photos ;

La satisfaction de nos client est notre priorité : s’il advient que des photos que nous avons faites soient rejetées parce qu’elles ne respectent pas la  norme ISO/IEC 19794-5 : 2005 ou l’arrêté du 5 février 2009, nous les refaisons gratuitement.

Mes photos ne rentrent pas dans mon cadre, mes tirages ne font pas la dimension annoncée…

Les dimensions des formats photo s’expriment en pouces, c’est ainsi qu’un tirage 9 × 13 fait 8,9 × 12,7 cm (3,5″ × 5″), un 10 × 15 fait 10,2 × 15,2 cm (4″ × 6″), un 20 × 30 fait 20,3 × 30,5 cm (8″ × 12″), un 50 × 60 cm fait 50,8 × 60,9 cm (16″ × 24″)… et qu’un 18 × 24 fait 17,8 × 24 cm (7″ ×  9,45″).

Les dimensions des cadres sont elles exprimées en centimètres, les fabriquant laissant, ou non, une marge plus ou moins importante pour la photo.

Parce que ça correspond aux cas les plus courants, nous réalisons par défaut les tirages petit format aux formats photo et les impressions pigmentaires aux dimensions en centimètre. C’est ainsi qu’un tirage 20 × 30 sur papier Fuji brillant ou lustré fera 20,3 × 30,5 cm… alors que sur papier Canson Infinity ou Hahnemülhe, il fera 20 × 30 cm.

Bien sûr, nous pouvons, sans surcoût, nous adapter, il suffit de le préciser à la commande.

Il est arrivé à plusieurs de nos clients de découvrir que les cadres qu’ils avaient achetés ne faisaient pas vraiment les dimensions annoncées et/ou que la bordure du cadre couvrait une partie importante de l’image.

Vous avez le cadre dans lequel vous allez mettre le tirage que vous nous commandez ? N’hésitez pas à nos donner ses dimensions, nous savons gérer…