Nous ne sommes pas digigraphes, mais…

Un traceur photo Epson, des encres d’origine, des papiers sélectionnés, une durée minimale de conservation, la garantie d’un laboratoire indépendant, l’engagement de l’artiste et un certificat d’authenticité, le label Digigraphie® a tout pour plaire…

Bien sûr, ce label – on devrait dire cette marque – propriété d’un fabriquant d’imprimantes – il a été déposé par Epson en 2003 auprès de l’INPI et de l’OHIM – a ses limites : il n’est accessible qu’aux impressions faites avec une imprimante grand format Epson, avec les encres pigmentaires Epson, sur les supports Epson et certains papiers Canson et Hahnemülhe – mais ni tous ceux qui répondent à la norme ISO 9706 ni ceux d’autres papetiers.

De multiples critères nous ont conduit à nous équiper d’un traceur Epson SC-P7500 de dernière génération et la possibilité de produire des tirages digigraphiques ne faisait pas partie de ceux-ci…

A ce jour,  les seuls papiers agrées Digigraphie pour les traceurs photo dernière génération sont les papiers Epson. Il est probable que des papiers Canson et Hahnemülhe soient ajoutés prochainement à la liste des supports agréés. Les papiers Canson Infinity Baryta Prestige 340 g et Canson Infinity Platine Fibre 310 g  – papiers que nous tenons en stock – font partie des papiers agréés pour les machines plus anciennes.

Les tests de vieillissement des encres Epson Ultrachrome Pro 12 sur papier Epson publiés par le Wilhelm Imaging Research il y a quelques temps laissent présager une durée de conservation nettement améliorée sur les papiers tiers.

Être digigraphe ne fait toujours pas partie de nous priorités mais nous sommes attentifs à ce que font Epson, Canson, Hahnemülhe et les autres.

Profils personnalisés ou profils fabricants

L’utilisation de profils colorimétriques de qualité est indispensable pour obtenir des impressions fidèles tant pour les impressions à domicile que pour les impressions professionnelles comme celles que nous proposons.

Bien sûr, les fabricants d’imprimantes et de consommables mettent à disposition de leur clients des profils plus ou moins soignés ; il est possible de produite ses propres profils à l’aide d’un spectrocolorimètre ou de recourir à des spécialistes pour le faire. Et chaque couple encre – papier nécessite son profil…

Sur la photo qui illustre l’article, on voit les échantillons de papier couché 130 g M1 avec un profil personnalisé et le profil fabricant – la différence est à tout juste perceptible – et de bâche légère intissé 160 g avec profil fabricant et un profil personnalisé – ici, la différence est nette ; les couleurs sont plus saurées et les noirs plus profonds.

Après essais, nous avons opté pour l’utilisation préférentielle des profils colorimétriques fournis par Canson et Hahnemülhe – profils qui sont d’excellente qualité pour les papiers que nous utilisons avec les encres Epson UltraChrome Pro 12 – et pour la réalisation de nos propres profils chaque fois que c’est nécessaire.

Pour que vous puissiez gérer au mieux les couleurs non reproductibles de vos images, nous mettons à votre disposition les profils colorimétriques que nous utilisons.

 

Canson Infinity PhotoSatin 270 RC
Canson Infinity PhotoGloss 270 RC
Canson Infinity Platine fibre 310 g
Canson Infinity Baryta prestige 340 g
Hahnemülhe Photo Rag Ultrasmooth 305 g
Canson Infinity Museum Pro Canvas satin 385 g
Couché 130 g M1
Bâche intissé 160 g
Impression numérique laser Novatech digital

Mat ou brillant ?

Quand on apportait, il y a longtemps, une pellicule à développer, la question qui arrivait en premier, c’était « mat ou brillant ? » et, parfois, venait ensuite le format de tirage (parfois seulement : la plupart des minilabs avaient été conçus pour faire des tirages en 10 × 15 ou en 15 × 21… et rien d’autre).

A l’époque, de mat, le papier n’avait que le nom et c’était plutôt un papier lustré que l’on avait (et suivant les fabricants, le papier lustré pouvait être superbe).

Aujourd’hui, les fabricants mettent à notre disposition pour les impressions numériques un grand choix de surfaces : du lustré / satiné et du brillant bien sûr mais aussi des papiers au rendu très proches des papiers barytés et des vrais papiers mats avec une durée de conservation annoncée pour les papiers baryté et fine-art pouvant atteindre 200 ans.

Qu’est-ce que cela change en pratique : certes, le coté brillant pardonne moins les traces de doigts mais il donne des noirs plus profonds quand une finition matte donne plutôt un gris foncé. Continuer la lecture de « Mat ou brillant ? »

Bonnes nouvelles

Bonne nouvelle : le traceur photo grand format est opérationnel. Nous sommes dès maintenant en mesure de réaliser des tirages photo pigmentaires sur papier fine art Canson ou Hahnemülhe en 61 cm de large avec la dernière technologie Epson. L’offre de papier est pour le moment réduite, les commandes sont en cours.

Les essais de la relieuse sont en cours et nous serons d’ici peu en mesure de proposer la réalisation de livres photos en impression laser et dos carré collé.

Dernière bonne nouvelle : au bout de 4 semaines et après plusieurs relances, nous avons enfin un numéro de téléphone… mais avoir un numéro de téléphone ne veut ni dire avoir le téléphone dans nos locaux ni avoir accès à internet. Espérons que ce ne soit plus qu’une question de quelques jours.